Mercredi 2 mars 3 02 /03 /Mars 02:56

a) Les causes

 

Les mutilations sexuelles féminines sont le produit de divers facteurs culturels, religieux et sociaux au sein des familles et des communautés.

Là où elle relève d'une convention sociale, la pression sociale qui incite à se conformer à ce que font ou ont fait les autres constitue une forte motivation pour perpétuer cette pratique. Les mutilations sexuelles féminines sont souvent considérées comme faisant partie de la nécessaire éducation d'une jeune fille et de sa préparation à l'âge adulte et au mariage. Les mutilations sexuelles féminines sont souvent motivées par des croyances relatives à ce qui est considéré comme un comportement sexuel approprié, c'est-à-dire que ces pratiques ont à voir avec la virginité prénuptiale et la fidélité conjugale. Selon les croyances de nombreuses communautés, les mutilations sexuelles réduiraient la libido féminine, ce qui aiderait les femmes à résister aux actes sexuels «illicites». Lorsqu'une ouverture vaginale est obstruée ou rétrécie , la crainte de douleurs en cas de réouverture, et la peur que cette réouverture soit découverte, sont censées décourager les femmes d'avoir des relations sexuelles «illicites». Les mutilations sexuelles féminines sont associées à des idéaux culturels de féminité et de modestie, selon lesquels les jeunes filles sont "propres" et "belles" après l'ablation de parties de leur anatomie considérées comme "masculines" ou "malpropres". Bien qu'aucun texte religieux ne prescrive cette intervention, les praticiens pensent souvent qu'elle a un fondement religieux. Les autorités religieuses adoptent des positions variables à l'égard des mutilations sexuelles féminines: certaines les préconisent, d'autres les considèrent comme étrangères à la religion et d'autres encore contribuent à leur élimination. Les structures locales du pouvoir et de l'autorité, tels que les dirigeants communautaires, les chefs religieux, les circonciseurs et même certains agents de santé peuvent contribuer à conforter cette pratique. Dans la plupart des sociétés, les mutilations sexuelles féminines sont considérées comme une tradition culturelle, argument souvent avancé pour les perpétuer. Dans certaines sociétés l'adoption récente de cette pratique s'explique par la volonté de copier les traditions de groupes voisins. On trouve parfois à son origine un mouvement de recrudescence religieuse ou traditionnelle. Dans certaines sociétés, les mutilations sexuelles féminines sont pratiquées par des groupes nouveaux lorsqu'ils arrivent dans des zones où la population locale les pratiquent.

 

 

b) Les conséquences

 

Même la diversité des méthodes utilisées lors de l'excision ne trouve pas d'explication satisfaisante. Quatre types d'excision sont recensés aujourd'hui sans qu'on puisse attribuer à chacun une signification particulière. Le premier (moins de 5% des cas) et le plus léger consiste en une simple ablation du clitoris, le second (80% des cas) excise également les lèvres internes, alors que le troisième et le plus radical, appelé infibulation (15% des cas), enlève tous les organes génitaux externes et coud l'orifice vaginal en ne laissant qu'une minuscule ouverture. Enfin le quatrième type regroupe toutes les autres pratiques depuis l'étirement, le grattage, le perçage du clitoris ou des lèvres jusqu'à l'introduction dans le vagin de substances corrosives ou de plantes . 

La MGF/E cause des préjudices irréparables. Elle peut entraîner la mort, si la perte de sang est suffisamment importante pour causer un choc hémorragique; une commotion cérébrale entraînée par la douleur et le traumatisme; ou une septicémie foudroyante.  Elle est systématiquement traumatisante. Beaucoup de filles se trouvent en état de choc provoqué par la violente douleur, le traumatisme psychologique et l'épuisement dû aux hurlements de douleur. Il y a d'autres conséquences préjudiciables pour la santé, notamment : non-cicatrisation; formation d'abcès; kystes; croissance excessive des tissus cicatriciels; infections urinaires; rapports sexuels douloureux; prédisposition renforcée au VIH/SIDA, à l'hépatite et à d'autres maladies transmissibles par le sang; infections de l'appareil reproducteur; pelvipéritonites; stérilité; règles douloureuses; obstacle urinaire chronique/calculs vésicaux; incontinence urinaire; arrêt de progression du travail; risque accru d'hémorragie et d'infection pendant l'accouchement.

Devant cette nébuleuse d'incertitudes, une seule chose est sûre : l'irréversibilité des dommages et les ravages physiques et psychologiques entraînés par ces pratiques. Aussi est-ce là-dessus que les associations contre l'excision ont décidé de s'appuyer. Avec un certain succès. Mais il y a encore fort à faire. La mort peut résulter d’un choc hémorragique, d’un choc neurogène (due à la douleur et au traumatisme), ou d’une septicémie. C’est la complication immédiate la plus courante. Les hémorragies représentent près du quart de toutes les complications rapportées. Une hémorragie aiguë peut provoquer une anémie sévère ou la mort si elle est massive. Sous l’effet de la douleur, du traumatisme psychologique, de l’angoisse ou de l’épuisement provoqué par les hurlements, un état de choc physique et psychologique est possible après l’intervention. Les conséquences de cet état sont très mal connues. Des lésions peuvent être causées sur différents organes tels que l’urètre, le vagin, le périnée et le rectum. Celles-ci peuvent entraîner la formation de fistules vaginales avec l’urètre ou le rectum. La douleur, l’œdème ou l’inflammation autour de la plaie sont autant de facteurs qui rendent difficile la miction. Les infections sont fréquentes. L’infection peut se limiter à la plaie ou se généraliser formant une septicémie. Les excisions sont pratiquées sans anesthésie entraînant des douleurs intenses du fait de l’importante innervation particulièrement au niveau du clitoris. Certaines exciseuses utilisent parfois le même instrument pour plusieurs interventions. Le risque de transmission de virus est fortement augmenté. D’autres conséquences et drames irréversibles peuvent survenir après l’excision.

Par tpe-excision
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus